Menu Fermer

Un vivre ensemble citoyen et coopératif

Un collège-lycée autogéré

“Avec tous les autres membres de L’Archipel – jeunes et adultes- nous organisons ensemble le quotidien lors des réunions de l’Assemblée Citoyenne. Elles ont lieu une fois par semaine.”

Dans l’idée d’une responsabilisation progressive totale, il est demandé aux jeunes de s’investir autant que possible dans la gestion du lieu :

  • Les rapports humains sont régis par des règles proposées et votées lors de l’Assemblée citoyenne hebdomadaire où une personne (adulte ou jeune) = une voix.
  • Jeunes et adultes veillent ensemble à l’application de ces règles et décident de la marche à suivre en cas d’ “infraction”.
  • Les budgets sont gérés par l’Assemblée citoyenne, via des commissions dédiées, ainsi que tous les autres aspects de la vie administrative de l’école, notamment la communication.
  • Chaque action est pensée dans le respect de l’environnement.
  • Guidés par les adultes, les jeunes s’occupent de l’entretien des lieux, de leur maintenance et des ménages. Ils préparent eux-mêmes leurs repas de midi (une fois par semaine la première année).
  • Chacun est impliqué dans le bien être collectif via un système de Cercles Restauratifs. Chacun est formé à la Communication NonViolente. 

Organisation de L’Archipel

A terme, il peut être envisagé un internat qui mettra en place ses propres routines. En attendant, d’autres solutions seront trouvées pour des jeunes dont le domicile est plus éloigné.

L’Assemblée citoyenne et les commissions

Leurs missions

“C’est lors de l’Assemblée citoyenne que nous nous mettons d’accord sur les règles, et sur comment les faire respecter.
C’est là aussi que je peux partager mes idées pour améliorer la vie à L’Archipel, dire comment je pense que l’argent doit être dépensé ou proposer de créer un club avec d’autres passionnés.”

L’Assemblée citoyenne est l’organe au sein duquel les membres peuvent débattre les règles du lieu et en proposer de nouvelles, exprimer d’éventuels désaccords, initier un projet et/ou faire entendre leurs besoins.

Elle élabore aussi le règlement intérieur, gère les budgets et l’occupation des espaces et décide des orientations du lieu à moyen et long termes.

Elle crée les commissions et en examine les propositions, et valide la création des clubs.

Dans le cas de la création d’un organe de régulation des “infractions”, elle valide ses décisions. Tout jeune peut faire appel d’une décision du Conseil de régulation devant l’Assemblée citoyenne.

Dans un premier temps, il est obligatoire pour les jeunes d’assister aux réunions hebdomadaires de l’Assemblée.

Leur fonctionnement

“A L’Archipel, ma voix compte autant que celle des adultes.”

Au sein de l’Assemblée Citoyenne, chaque jeune et chaque adulte possède une voix égale .
Les décisions sont prises à la majorité mais le consensus y est recherché.
La CNV est utilisée comme outil pour s’exprimer et écouter les autres avec bienveillance et authenticité.
C’est donc un formidable laboratoire de la citoyenneté.

L’Assemblée citoyenne peut ainsi explorer tous les aspects du «Bien vivre-ensemble »  : « Comment s’organiser ? », « Quel modèle de gouvernance ? », « Quel mode de scrutin adopter ? », « Comment allouer le budget de l’école ? », « Faut-il obliger tous les membres à assister et/ou voter au CE ? » , « Pensons-nous qu’il serait préférable de réserver certaines décisions à certaines personnes du groupe ? », mais aussi « Les tâches ménagères sont-elles obligatoires ?  » , ou encore « Comment organiser le partage des ordinateurs dans la salle informatique ? » .

L’Assemblée peut déléguer le traitement de certains sujets, de manière temporaire ou permanente, à des commissions. Les commissions peuvent être composées exclusivement de jeunes, mais elles doivent rendre des comptes à l’Assemblée.

La Communication NonViolente et les Cercles Restauratifs comme outils du bien vivre ensemble

“Quand je rentre en conflit avec quelqu’un, jeune ou adulte, je peux le résoudre grâce à des outils que nous avons tous appris.
A force, j’apprends à mieux identifier mes émotions et à prendre la responsabilité de mes actions. J’ose demander ce dont j’ai besoin, et je n’ai plus de problème à dire ou à entendre un “non”. Je ne prends plus les situations personnellement !
En fait, je peux être moi même, et j’apprends à accepter les autres tels qu’ils sont.”

Toutes les problématiques interpersonnelles seront traitées en médiations (deux ou trois individus) ou en Cercles Restauratifs (un groupe entier est impliqué). Les jeunes seront formés dès leur arrivée à ces pratiques, et tous les adultes devront en être familiers.

Nous sommes accompagné-e-s dans la mise en place de nos propres routines de CNV et de Cercles Restauratifs par Catherine Schmider de l’Association Déclic-CNV & Education.

La Communication NonViolente (CNV)

Selon Marshall Rosenberg, son inventeur, la CNV est

« la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses :

  • me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie ;
  • acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur ;
  • acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. »

Pour plus d’information, rendez-vous sur Wikipedia.

Et un petit bonus chez Déclic : “La langue girafe n’est pas une langue”, un texte de Marshall Rosenberg, qui permet de comprendre que l’essentiel de la CNV n’est pas dans les mots. L’essentiel est une attitude, une posture intérieure, qui permet une qualité de lien entre les personnes.  

Les cercles restauratifs, selon l’Association Déclic-CNV & Education

 « Ce qui rend le conflit dangereux, c’est de s’en éloigner »
(Dominic Barter)

« Cette forme originale de justice restaurative a été expérimentée par Dominic Barter depuis plus de 20 ans au Brésil. Elle se diffuse aujourd’hui dans 46 pays et touche les quartiers, la Police, les tribunaux, les prisons, les familles, les établissements scolaires…

C’est une proposition d’alternance à la justice punitive dont nous héritons qui permet à une communauté de s’emparer du conflit dans une logique systémique, en réunissant les différentes parties, en facilitant la verbalisation des tensions et des émotions pour une compréhension mutuelle, en recherchant l’inclusion et la réintégration de l’auteur de l’acte, la réparation du préjudice, la restauration des liens et la sécurité de tous les membres.

3 CERCLES 2

Cette manière de prendre soin du conflit est nommée Cercle Restauratif. Lors de cette rencontre, chacun, quel que soit son âge ou sa fonction, est invité à s’exprimer, écouter, reformuler, coopérer, chercher à comprendre, prendre sa responsabilité, et contribuer à la mise en œuvre du projet d’action élaboré collectivement. Le processus est accompagné par un facilitateur, membre de la communauté peu impacté par le conflit.  

D’autres pratiques restauratives (écoute, médiation…) peuvent coexister avec les Cercles Restauratifs qui nécessitent un fort investissement en temps et en moyens humains.

Le Système Restauratif mis en œuvre par un groupe, une équipe, une classe… anticipe ce qui pourra être fait en cas de tension ou de conflit. Il construit le cadre et clarifie les différentes possibilités d’accompagnement (pratiques restauratives), accessibles à tout membre du groupe. »